Deux récits à quelques centaines d’années de différence ; de deux côtés, une pauvre veuve…

Avec Elie, c’est une femme qui n’a rien et à qui Elie demande à manger ; et elle cuit du pain avec deux pincées de farine et une larme d’huile.

Avec Jésus, une autre femme, au Temple, qui n’a que quel-ques sous à mettre à la quête. Et elle les donne !

Deux pauvres veuves…Il n’y a pas de quoi se réjouir !

A ces deux époques, en perdant leur mari, les veuves perdent aussi leur existence sociale. Elles n’existent plus, les deux veuves : elles sont femmes, elles ont perdu leur mari, elles sont pauvres. Elles ont tout faux …pour l’époque.

Vous êtes familiers des évangiles et vous savez que Jésus et les femmes, en particulier les veuves, ce sont de magnifiques rencontres. De la veuve de Naïm qui vient de perdre son fils à Marie, au pied de la croix qui, elle aussi, perd son Fils…

Rien d’étonnant alors à ce que, dans le livre des Actes, les Apôtres confient à des diacres le souci des veuves, de ceux et celles qui n’ont plus rien ou pas grand-chose. Mais que de richesses !

Le cœur des rencontres de ces deux veuves, c’est le verbe donner. Donner de sa personne, de son temps, de sa pauvre richesse, de son espérance.

Le petite Thérèse, celle de Lisieux, disait : « Que l’on soit un dé à coudre, un verre ou un seau, l’essentiel, c’est de déborder ». Donner de ce que je suis, de ce que je pense posséder, pour que l’autre vive et puisse exister. Jusqu’à en déborder !

Je pourrais vous parler ici des rencontres que je fais aux Restos du Cœur ou à Magdala. Ils ont très peu de farine, quelques gouttes d’huile et deux sous dans leur porte-monnaie ; mais que de richesses, que de dons ils nous font… Qu’est-ce que je reçois !

Donner pour mieux recevoir, pour partager la vie et croire que la vie est plus forte que toutes les morts, même quand on a presque plus rien….

Ce week-end, en donnant le Nouveau Testament aux jeunes de la catéchèse, aux couples qui vont se marier en 2019, c’est Dieu qui se donne, qui donne ce qu’il est. Heureux les invités à la Parole du Seigneur !

Oui, vous venez de recevoir un cadeau de Dieu, un cadeau pour aujourd’hui. Il vous en fera d’autres dans les sacrements auxquels vous vous préparez : l’eucharistie, la réconciliation, le mariage, et d’autres…

Vous n’avez pas reçu un simple livre mais une Parole pour vivre, pour faire vivre. Dieu se donne dans sa Parole, c’est son bien le plus précieux, à travers son Fils, Jésus.

Dieu donne tout ce dont il est pour être le Vivant : une Parole incarnée.

Il vous la confie, cette Parole, pour qu’elle soit vivante dans votre vie et dans celle des autres. C’est une lampe sur votre route. « Reçois le livre de la Parole de Dieu et fais-en un livre de vie ».

Comme la veuve de Sarepta avec Elie, avec deux grammes de farine et une goutte d’huile, comme la veuve du Temple avec quelques centimes, à vous d’en faire une Parole de vie pour aujourd’hui et pour toujours.

Attention ! pas tout seul. L’autre jour sur RCF, j’entendais un pasteur évangélique dire qu’il n’y a pas de chrétien sans Église, pas le bâtiment mais la communauté, l’assemblée des chrétiens. Dans votre équipe de catéchèse, dans nos rencontres de préparation au mariage, nous faisons Église.

Comment transformer le livre de la Parole de Dieu en Parole pour aujourd’hui ?
D’abord, en étant pratiquant, en devenant pratiquant de cet-te Parole. Ne reléguez pas ce livre dans les rayons poussiéreux d’une sombre bibliothèque. Mettez-le sur votre bureau ou dans votre coin prière. Ouvrez-le, lisez, réagissez, écoutez, interrogez, échangez avec d’autres. La paroisse, votre école vous font des propositions.

J’ai aussi repéré des pistes dans les chants de cette messe familiale…Comme Lui, savoir dresser la table, nouer le tablier pour servir.
En offrant le pain de sa parole à ceux qui ont faim de pain, de joie, faim d’être aimés, faim d’exister.

Pour être signes du Royaume, signes d’espérance, de tendres-se. Être signes d’Évangile dans le monde d’aujourd’hui.


Oui, Seigneur, sur les chemins de notre vie, que ta Parole vivante soit notre lumière !

 

Novembre 2018