1° Avent – Année C

Ne nous attardons pas, si vous le voulez bien, sur les précisions apocalyptiques que Luc met dans la bouche de Jésus dans l’Évangile d’aujourd’hui.

Quand Luc s’adresse à ses auditeurs, vers l’an 60 environ, il ne fait aucun doute que, dans la tête des disciples, le retour du Seigneur est imminent…

Si ce n’est pas pour cette année, ce sera pour l’année prochaine…Mais on n’imagine pas une seconde parmi les auditeurs de Luc que l’on puisse disparaître avant ce retour du Christ.

Et c’est pour cette raison que Luc donne des précisions nombreuses et détaillées sur la manière de se comporter en attendant le retour du Seigneur. Ne relâchez pas votre attention, semble-t-il leur dire, soyez sur vos gardes, car ce sera bientôt le jour de Dieu !

Dix neuf siècles après, on ne peut pas dire qu’on attende la venue du Seigneur dans les mêmes conditions, c’est bien évident : personne ne pense que ce texte soit à prendre au pied de la lettre et que les signes dont nous parle l’Évangile soient avant coureurs du retour du Seigneur.

Personne ne le pense, et pourtant, nous croyons que ces deux conseils du Seigneur « veillez et priez » sont toujours d’actualité et même qu’ils disent ce que c’est qu’être croyant aujourd’hui.

Dans ce temps qui nous prépare à Noël, nous avons choisi d’être particulièrement attentifs à ceux qui nous entourent, et à nous redire l’importance d’accueillir avec bienveillance, ceux dont nous nous sentons différents.

Différents par l’âge, par la culture, par l’expression de notre foi aussi, (on ne l’exprime pas tous de la même manière, on le sait bien !) différents aussi par ce que l’on appelle le « vivre ensemble »… et j’oserai dire aussi par nos convictions politiques … ce qui n’est pas le plus simple, évidemment !

Voilà notre vocation : nous sommes les veilleurs de la tendresse et de la miséricorde de Dieu.

Dans une humanité inquiète, désespérée quelquefois, voilà notre mission : celle de dire que Dieu ne nous laisse pas sombrer mais qu’il nous donne les signes que l’amour et l’Espérance ne sont pas morts !

Si vous avez du mal à les voir ces signes de miséricorde, entendez le second conseil de Jésus : veillez et PRIEZ

Priez pour que vos yeux s’ouvrent sur l’amour et la paix

Priez pour ne pas sombrer dans le désespoir 

Priez pour gardez la foi

Priez pour trouver la force d’être vous-mêmes les signes d’Espérance dont le monde a besoin.

Finalement, c’est notre vocation la plus juste : nous attendons à Noël celui vient nous dire et nous montrer la tendresse et la miséricorde de Dieu. Et le temps qui nous prépare à Noël est le temps où nous voulons ajuster nos sentiments et nos manières de vivre au message que vient nous livrer Jésus.

Il ne s’agit pas d’être naïfs bien sûr : Nous savons que ce monde est compliqué et que le mal est là… Mais que deviennent les chrétiens s’ils ne sont pas les témoins que l’amour est plus fort que tout et que l’accueil de l’autre même s’il est différent, même s’il nous agace, est possible. Ça s’appelle l’Espérance…

Et depuis Jésus de Nazareth, nous savons que l’Espérance peut faire bouger le monde.