2° Avent – année C

Aujourd’hui, c’est Jean-Baptiste qui nous appelle à la conversion. C’est à dire qu’il nous appelle à changer notre vie. A vivre autrement ! A nous tourner vers ailleurs.

Je voudrais attirer votre attention sur le lieu où se passe cet épisode : Jean proclame son message dans le désert de Judée.

Et le désert, dans la mémoire collective d’Israël, c’est le lieu de l’épreuve…le lieu de l’attente…mais aussi le lieu où l’on fait l’expérience d’un Dieu qui ne nous lâche pas.

Le désert, c’est le lieu de tous les commencements.

C’est l’Exode.

Ce sont les quarante jours et les quarante nuits du prophète Élie marchant vers l’Horeb.

Ce sont les quarante jours de Jésus au début de sa vie publique.

C’est toujours au désert que les choses ont commencé. Israël est devenu un peuple et ce peuple est né au désert.

Et ici, dans ce même désert, à l’invitation de Jean Baptiste, on est invité à cet autre commencement : à préparer la venue de Dieu…à nous redire que bientôt Dieu vient au monde.

C’est un commencement qui se prépare.

Et si les commencements se vivent au désert, c’est parce que le désert est le lieu où l’on se débarrasse du superflu et du dérisoire.

Le désert, c’est le temps de l’expérience spirituelle, le temps où l’on choisit de re-partir !

C’est précisément ce qu’est en train de dire Jean-Baptiste à ceux qui l’écoutent : Vous qui accueillerez bientôt le fils du Dieu vivant, vous qui vous préparez à cette venue de Dieu au monde, soyez des recommençant :

Recommencez à croire vraiment

Recommencez à aimer, à servir, à accueillir l’autre quel qu’il soit !

Recommencez à être fidèle

Recommencez à espérer :

Recommencez à être bienveillants avec celui qui est si différent de vous !

Oui, vient nous dire Jean-Baptiste aujourd’hui : Recommencez avec courage et avec patience, même et surtout si la lassitude vous envahit.

Soyez d’infatigables veilleurs : veilleurs de Dieu, veilleurs de vos frères !

Écoutons Isaïe nous dire aujourd’hui, ce qui nous attend :

Les ravins seront comblés

Les montagnes abaissées

Les passages tortueux deviendront droits

Les routes seront aplanies

Oui, elles seront aplanies les routes qui mènent à la paix si nous éliminons les obstacles que sont l’incompréhension, la haine la révolte ou la vengeance.

Oui, ils seront comblés les ravins qui nous séparent de nos semblables si nous entendons l’appel de l’Évangile à aimer particulièrement ceux qui sont différents de nous…différents par la culture, par le niveau de vie ou par le pays d’origine.

Oui les passages tortueux deviendront droits et ils nous conduiront à l’essentiel… c’est à dire si nous acceptons que nous avons été créés pour être frères et pas pour nous exclure ou nous rejeter ou pour cultiver la méfiance !

Qui donc accepterons-nous d’accueillir et pourquoi pas d’aimer – même si sa manière de vivre n’est pas la mienne même si sa foi ne s’exprime pas comme la mienne… même si nous ne votons pas de la même façon !

Entendons l’appel de Jean-Baptiste… l’appel à ajuster notre vie à celle du Christ qui vient nous rejoindre.

Il ne s’agit de rien d’autre que de préparer un Noël qui ait du sens !