3° Avent – C –

Vous avez remarqué : tous entendent l’appel à la conversion.

Jean-Baptiste a réussi sa prédication. Et cette foule d’hommes et de femmes de bonne volonté entendent l’invitation à se convertir …et leur question est la même : Que devons-nous faire ?

Autrement dit : Jean Baptiste, tu nous invites à préparer les chemins du Seigneur, à l’attendre…à ouvrir les chemins du Royaume. Eh bien, dis-nous ce qu’il faut faire ! C’est la question de tous ceux qui veulent se convertir : que dois-je faire ? Comment manifester que le Christ est (ou devient) quelqu’un pour moi ?

Et Jean-Baptiste les prend où ils en sont et il les invite à faire un pas…le pas qui précisément marquera la conversion…non pas en parole seulement mais en acte !

Que devons-nous faire, demandent les foules ?

Et Jean leur propose de manifester leur désir de conversion par le partage fraternel et la solidarité. « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »

Votre conversion, vous allez l’exprimer par le partage avec ceux qui sont dans le besoin…

Il y a aussi dans les Publicains. Ils n’ont pas bonne renommée : ils collectent l’impôt pour l’occupant romain.

Ils sont détestés de la foule et considérés par les juifs comme des pêcheurs publics. Ils exercent une profession honteuse.

Mais eux aussi veulent se convertir…et ils posent la question : « que devons-nous faire ? »

Et Jean ne leur demande pas l’impossible. Il leur propose d’exercer leur métier honnêtement : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé »

Votre conversion, elle se manifestera par votre honnêteté.

Ce sera votre manière de vous préparer à accueillir le Christ.

Il reste les soldats. Probablement des mercenaires d’Hérode ou des membres de l’armée d’occupation….peu importe.

En toutes hypothèses, des gens méprisés eux aussi.

A eux aussi, Jean lance un appel. Car la bonne nouvelle est pour tous.

Pour eux aussi.

Que doivent-ils faire ? « Ne faites ni violence ni tort à personne, et contentez vous de votre solde »

Ce sera votre manière de vous convertir au Christ qui vient…

Cet appel à la conversion, il est pour chacun de nous…en ces temps où le Fils de Dieu vient nous rejoindre à Noël….

Et elle peut nous être dictée par le sillon que nous creusons depuis le début de l’Avent.

Souvenez-vous : il s’agit d’accueillir l’autre, quel qu’il soit. Et avons-nous dit surtout celui qui ne me ressemble pas. Différent de moi par sa manière de vivre, par sa religion peut-être, par ses idées politiques, par ses comportements…L’autre qui est peut-être de ma famille, ou de mon voisinage… l’autre qui a une tête qui ne me revient pas ou des idées qui ne me conviennent pas… l’accueillir, comme un membre de ce que Roger Schutz, à Taizé, appelait « la grande famille humaine ».

Et toi, par quels gestes, vas-tu manifester que le Christ est quelqu’un pour toi ? Et qu’il est toujours disponible pour te procurer la paix du cœur.

Que Noël soit une vraie fête. .. Loin de tous les gadgets qui nous sont proposés…une fête qui nous transforme et qui participe à changer le monde… à le rendre davantage un monde selon le cœur de Dieu.