Des vœux de lendemains de Noël

C’est une page d’Évangile que l’on connaît par cœur car depuis Noël, on l’a beaucoup entendue… et on l’a beaucoup méditée aussi. (Luc 2, 16-21)

Relevons quelques attitudes dont on a déjà parlé à Noël. Il s’agit des bergers. Rappelez-vous la nuit de Noël et les enfants qui représentaient les bergers avec leurs loupiotes. On a dit aux enfants : soyez comme les bergers et dites l’expérience que vous venez de faire au cours des célébrations de Noël. Ne vous contentez pas des fadaises mais allez au cœur de la foi. Racontez comment ça comble une vie de croire au Christ et d’accueillir le sauveur du monde. C’est ça qui est en jeu pour les chrétiens.

Alors mes amis, durant l’année qui commence… n’en restons pas aux broutilles… ou aux petites histoires qui amusent les enfants. Le témoignage est ailleurs. Cette année, n’oubliez pas de penser aux bergers dans les environs de Bethléem. Et n’ayez pas peur de provoquer l’étonnement… c’est-à-dire de ne pas vous contenter de petites histoires gentilles et agréables. C’est la foi au Christ qui est en cause et qui seule peut fonder une existence.

Et enfin au cours de cette année, pensez à Marie « elle retenait ces événements et les méditait dans son cœur… » C’est l’intériorité et la prière. Comment devenir croyants ou le rester si la prière n’est pas au rendez-vous ?

Cette année, n’oubliez pas de penser à Marie, à la prière de Marie, à la prière des bergers qui « glorifiaient et louaient Dieu ».

Oui, cette année, n’oubliez pas de prier !

Jean-François Bordarier, curé