L’Évangile de ce jour est court mais il nous parle d’un événement important. Après Noël, l’Épiphanie, une nouvelle grande fête, le Baptême de Jésus. Et trois questions que je vous propose d’explorer ensemble. 3 questions que je me suis posées en méditant ce texte.

Pourquoi Jésus a-t-il été baptisé ?

C’est vrai, pourquoi le Fils de Dieu a demandé à être baptisé. Quand on est si proche du Père, on pourrait se dire que ce n’est pas la peine.

Pour être connecté à Dieu, a-t-il besoin d’être plongé dans l’eau comme tout le monde ? Lui qui n’est pas pécheur, pourquoi se plongerait-il dans l’eau qui purifie ?

Il y a évidemment plusieurs réponses, je vous en propose 2 :

-Une 1ère réponse, peut-être justement parce que Jésus est comme nous, vraiment avec nous. Luc aime insister sur cette dimension dans son Evangile. Il est pleinement homme, vraiment homme, homme de son temps. Comme la foule qui à cette époque venait demander à Jean Baptiste d’être lavée de ses péchés, il vient se faire baptiser.

On peut d’ailleurs noter que comme Pierre qui s’étonnera de devoir se faire laver les pieds par Jésus, Jean Baptiste a été étonné que Jésus lui demande de le baptiser.

Ce baptême, c’est donc un geste d’humilité. D’un homme qui vient se faire serviteur de l’Amour de son Père.

2ème réponse : c’est pour Jésus une manière de faire savoir. Faire savoir qu’il est le Fils de Dieu. Des signes extraordinaires accompagnent d’ailleurs son baptême : une colombe, une voix qui descend du ciel. Dans les évangiles, c’est ainsi qu’il commence sa vie publique. On ne sait pas bien ce qu’il a fait avant.

Après avoir vécu une trentaine d’années dans la discrétion, Jésus envoie un signe, visible, perceptible. De l’Amour de Dieu qui nous accompagne, qui ne reste pas dans le ciel, qui n’est pas pour plus tard mais maintenant… « Le ciel s’ouvrit », écrit Luc.

Pour nous aussi, le ciel s’ouvre le jour de notre baptême. L’Esprit descend sur nous. Le baptême, ce n’est pas une tradition, un rite… C’est un geste public, marquant, visible. C’est un geste important qui marque notre vie ! Comme il a marqué la vie de Jésus. Et pourtant…

On arrive à la 2ème question.

Nous souvenons-nous de notre date de baptême ?

Qui ici connaît la date de son baptême ?

On connaît tous la date de notre naissance. Mais souvent pas celle de notre renaissance, car le baptême est une re-naissance. C’est un constat que le pape François a fait et qu’il regrette. Il prend souvent la parole à propos du baptême en nous appelant à mieux nous en souvenir.

Encore cette semaine, à Rome, il disait : « Connaître la date de notre baptême, c’est connaître une date heureuse. Si on ne le sait pas, on risque de perdre la conscience de ce que le Seigneur a fait en nous, du don que nous avons reçu. 

Nous finissons alors par le considérer seulement comme un événement du passé et qui n’a donc plus aucune incidence sur le présent. Nous devons réveiller la mémoire de notre baptême. »

Et François nous appelle à aller plus loin. A retrouver concrètement la date de notre baptême. Et à trouver une manière d’exprimer notre reconnaissance, de fêter cet anniversaire. A chacun d’inventer la sienne. A chacun d’inventer un moyen de se replonger un peu dans son baptême.

Si le Pape François nous interpelle sur le sujet, c’est bien que célébrer le baptême de Jésus, fêter son propre baptême, c’est se replonger dans le cœur même de notre foi.

Et on en arrive à la 3ème question.

Que faisons-nous pour réveiller notre baptême ?

Jésus propose un moyen de nous replonger dans notre baptême. Luc nous dit qu’après avoir été baptisé, Jésus a prié. Il se connecte immédiatement avec son Père, il entretient la relation. Et il entend : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Alors prions pour entendre vraiment ces mots du Père : « Tu es mon enfant bien-aimé ».

Prions pour être capable d’entendre en profondeur ces mots et de les accueillir de nouveau : « Tu es mon fils bien-aimé »

Prions surtout pour que nos vies soient empreintes de l’amour de Dieu.

Ne laissons pas dormir le don de Dieu qui est en nous. Jésus nous dit que par notre baptême, nous sommes capables chaque jour de :

– Manifester sa bonté et sa tendresse auprès d’un ami ou de quelqu’un qu’on a du mal à aimer
– Semer la confiance, la justice et la paix, là où règnent la compétition et la violence

– Choisir la fraternité plutôt que le chacun pour soi

Soyons témoins de son Amour. Dieu trouvera en nous sa joie.