3° ordinaire – C –

Cet épisode nous transporte au début de la prédication de Jésus. C’est un acte inaugural qui se passe dans la synagogue de Nazareth, un jour de Sabbat.

Cet épisode, on pourrait dire que c’est comme un raccourci de la mission de Jésus. Ici, est déjà en germe tout ce qui va suivre.

Déjà on pressent – par la manière dont Jésus reprend à son compte ce texte d’Isaïe écrit 5 siècles plus tôt…Déjà on pressent qu’il vient bouleverser l’ordre des choses.

Regardez le vocabulaire : La Bonne Nouvelle, elle est pour les pauvres, ceux que personne n’intéresse, parce qu’ils sont pauvres précisément.

La Bonne Nouvelle, elle est libération pour tous ceux qui souffrent de leur esclavage : esclavage de l’égoïsme, du péché, du mal, du mal sous toutes ses formes…

La Bonne Nouvelle, c’est aussi une année de grâce – c’est-à-dire une année jubilaire – année de joie et de bonheur – où les dettes sont remises et les esclaves libérés…c’est l’année où, d’une certaine manière on anticipe le Royaume de Dieu.

Quand Jésus vient, le monde change de sens

il passe de l’esclavage à la liberté

il passe de la prison à la libération

il passe de la tristesse à la joie.

Voilà le message, il est déjà inclus dans ces quelques lignes proclamées dans la synagogue de Nazareth. Toute la vie de Jésus qui va suivre, elle est comme la mise en en musique de ces quelques lignes !

Regardez le rencontrer tous les cabossés de Palestine et leur rendre vie et dignité

Regardez-le tendre la main aux esclaves en tous genres pour en faire des hommes et des femmes libres.

Cette bonne nouvelle de libération de tous les esclavages, elle est située dans l’Histoire… C’est une libération réelle…et pas seulement une vision ou une belle page de littérature… C’est Jésus lui-même qui le dit quand il prend la parole à Nazareth « c’est aujourd’hui que tout cela s’accomplit ».

Ce n’est pas seulement une vieille histoire de deux mille ans : cette parole elle se réalise aujourd’hui. Grâce à nous elle devient – ou peut devenir – une Parole vivante.

Je suis émerveillé bien souvent par la manière dont certains d’entre nous sont témoins de cette Bonne Nouvelle ici à Lambersart : particulièrement auprès de ceux qui vivent des passages difficiles…

Humbles témoins de l’Évangile qui rendent visite, qui accompagnent, qui viennent en aide, qui font du rattrapage scolaire…qui d’une manière ou d’une autre, remettent debout…L’Esprit du Seigneur est sur eux, comme il le fut sur Jésus dans la synagogue de Nazareth.

La semaine dernière, c’était la fête avec tous ceux qui sont accompagnés par la conférence St Vincent de Paul à Lambersart. Quelle après-midi merveilleuse pour ces familles défavorisées… quels trésors de sympathie, d’accueil, d’entraide manifestés durant cette après-midi…

Dans un mois, nous accueillerons de nouveau les jeunes migrants africains à Lambersart. Là aussi combien nous serons nombreux pour les accueillir, les nourrir, leur donner de notre temps pour les former, apprendre le français etc…

Si la morosité ou la tristesse ou le découragement vous gagnent, passez donc les rencontrer à l’aumônerie et peut-être recevrez-vous la grâce de l’émerveillement devant ce que l’Esprit de Dieu peut réaliser aujourd’hui chez nous ! … comme au temps de Jésus la synagogue !

Voilà ce que c’est qu’être artisans du monde nouveau, loin des discours – et je ne parle pas des actes – qui condamnent, qui excluent ou qui laissent mourir en Méditerranée et ailleurs !

Aujourd’hui la Parole reste vivante quand des témoins se lèvent pour dire les mots de la vie et refaire les gestes qui remettent debout.

La parole est vivante quand elle devient parole de libération pour nous et ceux que nous rencontrons.

Et une parole de liberté, c’est une parole de vérité et une parole d’amour…Jamais l’homme n’est autant libre que quand il aime. Amen !