2° de Carême – C – 17 mars 2019

Y’a beaucoup de passages dans l’Évangile où on peut se dire : quel beau moment ou quelle belle rencontre. Comme on aurait aimé être présent à la scène et découvrir ce que faisait Jésus ou ce qu’il disait ! Mais je dois bien dire… parmi tous ces passages, j’aurais personnellement aimé être là -sans doute au sommet du Mont Thabor- et me glisser près de Pierre, Jacques et Jean pour partager cette révélation qu’il leur était donné de vivre et pour être conforté dans la foi en Jésus le Fils de Dieu : « Celui-ci est mon fils, Celui que j’ai choisi. Écoutez-le ! »

Ce fut un grand moment et sans doute fort agréable puisque Pierre propose à Jésus de faire durer cet instant extraordinaire : « Faisons 3 tentes… une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » C’est à dire pour les plus grands prophètes de l’Ancien Testament et ceux qui avaient annoncé la venue du Messie. Cette proposition de Pierre, c’est déjà une profession de foi bien sûr puisque en faisant cette proposition, Pierre inscrit Jésus dans la lignée de la Révélation qui avaient été faite à Moïse puis à Élie quand ils avaient conduit le peuple à faire alliance avec Dieu.

En Jésus, c’est la promesse de l’Ancien Testament qui se réalise…

Quelquefois on insiste sur l’atmosphère très agréable qui devait régner parmi les apôtres et Jésus, puisqu’ils veulent prolonger ce beau moment. C’est possible bien sûr… mais surtout la référence à Moïse et à Élie veut dire : c’est lui Jésus que Dieu a choisi pour conclure l’Alliance qui a déjà été scellée au temps de Moïse et d’Élie.

Celui qui a été annoncé, c’est lui Jésus, le Fils bien aimé de Dieu venu réaliser de manière définitive, cette alliance entre Dieu et le peuple qu’il a choisi pour le révéler.

Mais ça dépasse le bon moment passé ensemble. Ici, on est au cœur de la foi chrétienne ! Jésus est Sauveur, c’est lui que Dieu nous envoie pour que nous sachions qui est véritablement Jésus : celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : Écoutez-le.

Et remarquez bien le texte : quand les apôtres entrevoient cette révélation… Moïse et Élie disparaissent… et, nous dit le texte : il n’y avait plus que Jésus, seul ! Autrement dit la Révélation entamée avec Abraham et poursuivie par les prophètes, voilà qu’elle arrive à son terme. Le dernier mot est dit, d’une certaine manière et il est dit quand on accueille Jésus et son message.

Voilà qu’en ce temps du Carême, nous sommes conviés à vivre ce grand moment de la foi et à faire nôtre l’expérience du Mont Thabor… c’est-à-dire à aller plus loin pour reconnaître qui est véritablement Jésus.

Peut-être direz-vous : c’est compliqué ! Pas tant que ça sans doute puisque nous avons tout l’Évangile pour découvrir qui est Jésus, ce qu’il a dit, ce qu’il a fait. Pour trouver la signification de ses propos, de ses miracles, pour redécouvrir son message et nous mettre à son écoute.

Le Carême, c’est le temps de l’Évangile joyeusement retrouvé. Mais attention : n’en restons pas à l’émotion : le Carême, c’est aussi entendre l’appel du Seigneur, devenir « Semeurs de Fraternité ». C’est ça aussi l’appel de l’Évangile : à considérer chacun comme mon frère… en commençant par ceux qui sont les plus démunis, les plus esquintés par la vie. Comme Jésus nous sommes appelés à vivre la Fraternité et comme lui, à redécouvrir notre véritable vocation en nous tournant vers nos frères en humanité…. Et quels qu’ils soient, à leur permettre de vivre « à hauteur d’homme ».

Permettre à chacun de vivre à hauteur d’homme, voilà un beau challenge pour ce temps de Carême !