REJOIGNONS LES FEMMES QUI SE RENDENT AU TOMBEAU

Dans leur sac, elles ont des aromates qu’elles ont préparés pour embaumer le corps de Jésus. C’était la coutume !

Elles n’avaient aucune idée de ce qui les attendait : Le corps n’est plus là … et elles sont désemparées, nous dit l’Évangile. Et on comprend….Et elles entendent : « pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? »

Retenons cette phrase …Le Dieu qui nous rassemble en cette nuit de Pâques, c’est le Dieu de la vie… celui que l’on trouve partout où l’on favorise la vie, la compréhension, le partage, la justice, le pardon… c’est par là que l’on trouve Dieu et c’est le message que nous livre le ressuscité de Pâques.

Vous qui êtes rassemblés en cette nuit de Pâques, vous peut-être qui doutez ou qui trouvez ces propos délirants (comme les apôtres !) entendez ce message. Dieu, on ne le trouve pas dans les tombeaux ou dans tout ce qui conduit à la mort. Mais on le trouve quand les boiteux ou les estropiés retrouvent le goût de vivre. Regardez l’Évangile et tous les miracles de Jésus … avec des malades, des paralytiques, des aveugles, des sourds, des muets, Dieu va faire des vivants authentiques. Voilà bien des signes qui nous montrent où est le Christ …partout où c’est la vie qui gagne et où c’est le mal qui recule. Partout où l’on choisit de faire gagner la vie !

L’Évangile nous dit que Pierre s’en retourne chez lui « tout étonné de ce qui était arrivé »

Pâques, c’est peut-être d’abord la fête de l’étonnement …devant ce que Dieu réalise en ressuscitant son fils…Laissons-nous étonner comme les apôtres et que notre étonnement se change en joie. La joie de croire que c’est vrai ce qu’ont dit Marie-Madeleine, Jeanne et Marie, la mère de Jacques ! 

«Que c’est beau quand on croit que c’est vrai » comme disait Jacques Brel !