17° ordinaire – année C

 

« Un jour, quelque part, Jésus était en prière ».
Et c’est quand il a terminé  que ses disciples lui disent « Seigneur, apprends-nous à prier ».

Elle devait être impressionnante l’attitude de Jésus quand il priait son Père, pour que les apôtres lui demandent comment en faire autant.
Ils ont dû être frappés par l’expression  de Jésus recueilli et tout entier tourné vers son Père. Ils se disaient sans doute : mais quel est le secret de cet homme qui prie ?

Il faut imaginer la prière de Jésus. .. quand il vivait cette relation intime avec Celui qu’il  appelle son Père ;

 

Il faut toujours s’imaginer en train de participer à la scène décrite dans ‘évangile : Imaginez votre présence à proximité de Jésus à ce  moment là.
Il faut regarder Jésus en prière pour avoir envie de se glisser dans sa prière à lui et pour que sa prière devienne la nôtre.
Quand vous direz le Notre Père, pensez à Dieu, bien sûr, puisque c’est à lui qu’on s’adresse… Mais pensez aussi au Christ qui nous fait partager sa prière à lui.
On touche là l’intimité la plus intime de la relation entre Jésus et son Père. On touche son abandon et sa confiance. Dans ces quelques lignes, on entend la voix de Jésus. On touche le cœur de son être !

Et c’est dans ce contexte que les apôtres lui disent : ta prière, ton recueillement sont tels que nous voudrions te ressembler. Qu’est-ce que tu dis à ton Père …il faudrait que  nous disions la même chose que toi.

 

Je voudrais aussi vous faire remarquer que dans ce passage comme dans tout son Évangile, Luc s’adresse à des païens. Il écrit pour les païens. Et c’est à eux qu’il va faire cette catéchèse sur la prière.
Vous direz, nous, on n’est pas des païens…on prie depuis notre enfance.  C’est vrai, mais vous savez bien qu’il y a toujours une part de nous qui a besoin d’être évangélisée…Il y a des zones d’ombres, des zones d’incroyance en chacun de nous !! Bien sûr !

 

Que vient nous dire Jésus et que Luc reprend dans sa catéchèse ?

 

  • La parabole de l’ami importun, celui qui vient dans la nuit demander trois pains.
    C »est une exhortation à persévérer dans la prière, même lorsque celle-ci n’est pas exaucée aussitôt.
  • Luc veut persuader les païens à qui il présente la foi chrétienne, qu’il faut       persévérer dan la prière, ne jamais cesser de prier…même si apparemment elle            n’est pas exaucée.

      On a toujours besoin d’apprendre ça et d’insister comme l’ami importun de l’évangile qui insiste avec un sans- gêne incroyable !

 

– Et puis la seconde parabole nous dit ce qu’est la prière pour les chrétiens.

            Elle est fondamentalement un acte de confiance de ceux qui savent que Dieu ne nous veut que du bien …  la confiance, l’abandon à Dieu, même dans l’incompréhension parfois.

            Prier, c’est un acte de foi, c’est dire à Dieu : je sais que comme le père ne peut  vouloir que du bien pour son enfant, de la même manière, tu me guides inlassablement vers ce qu’il y a de meilleur pour moi.

– Et regardez la dernière phrase de la parabole.

            Dieu ne répond pas à tous les caprices de ses enfants. Ca,  c’est le Dieu des païens à qui on demande tout et n’importe quoi. Et on s’imagine qu’en rabâchant nos demandes,  on va être exaucés….

            Mais la prière chrétienne c’est de demander à Dieu de nous donner l’Esprit Saint. C’est autre chose.

            L’Esprit Saint c’est la bonne chose par excellence.

            Demander d’être envahi par l’Esprit Saint, voilà la prière qui est toujours exaucée… Dans la prière, demandons que l’Esprit de Dieu nous soit donné !