23° ordinaire – C –

Voilà l’Évangile dans toute sa force, dans toute son exigence, avec son côté scandaleux aussi.

Imaginons la scène si vous le voulez bien :

Quelque part, sur les routes de Palestine, Jésus, homme à succès, suivi par une foule de gens, foule en délire derrière la vedette qui fait des prodiges.

et devant : cet homme qui emballe la population à cause des miracles, à cause aussi de sa manière d’aller au cœur des gens qu’il rencontre.

Une vedette, Jésus, à l’apogée de son succès !

Mais quelqu’un qui n’a jamais profité de manière facile de ce succès.

Il aurait pu en rabattre un peu sur les exigences…essayer de faire en sorte que la foule reste avec lui…qu’elle ne déserte pas, qu’elle ne s’en aille pas !

Il aurait pu céder à la facilité…dire à la foule ce qu’elle avait envie d’entendre, après tout !

Mais Jésus n’a jamais cédé à la facilité :

Il a d’abord été l’homme de la vérité ! La démagogie, c’était vraiment pas son truc !

D’ailleurs, à la foule en délire, il a dit les paroles exigeantes, dures, et sans compromission que nous avons entendues.

Il leur a dit : si vous voulez être mes disciples,

Le choix pour l’Évangile devra passer avant tout, même avant vos affections.

Il leur a dit : si vous voulez être mes disciples, ça ne sera pas simple : la croix fera partie de votre vie, c’est à dire : vous rencontrerez l’incompréhension, la haine, l’ironie, la dérision !

Et vous devrez prendre sur vous…parce que ce ne sera pas tous les jours facile ! Vous porterez votre croix !

Il leur a dit aussi : si vous préférez vos biens, votre argent, tout ce que vous possédez…alors, vous ne pouvez pas êtres mes disciples !

C’est comme ça !

C’est un langage dur. De manière abusive.

Alors, précisons tout de suite : l’exigence – car c’en est une – que nous propose Jésus, n’est pas la difficulté pour le plaisir de la difficulté…mais c’est un chemin de bonheur. Ce n’est pas comme pour les jansénistes « plus c’est dur et mieux c’est »

Le centre de l’Évangile, ce sont les Béatitudes : chemin de bonheur que l’on trouve dans une vie limpide et vraie, tournée vers le service des autres.

Le bonheur, nous dit Jésus, il est là !

Mais un tel bonheur, il implique une sacrée exigence…un choix absolument radical…qui, à certains jours, devient une croix à porter !

..parce que ce n’est pas facile de garder le souci des autres au fil des années..au fil d’une vie !

Ce n’est pas facile d’être fidèle à la vérité,

pas facile de se bagarrer pour plus de justice

pas facile de faire advenir la paix…

Et on est bien souvent tentés par le bonheur facile, personnel…qui lui, ne comporte pas d’exigence : y’a qu’à se laisser glisser…

En ce début d’année, voilà bien ce qui nous est proposé : comme aux foules qui le suivaient, Jésus nous invite à être ses disciples…à mettre nos pas dans les siens et à refaire au quotidien le choix du bonheur qu’il propose…c’est à dire le choix de bâtir un monde selon l’Évangile et d’y trouver une joie vraie et durable.

L’Évangile, c’est vraiment une affaire de bonheur !

Faire un monde qui soit dans la logique de Dieu : voilà à quoi nous sommes conviés…

C’est une entreprise exigeante. C’est vrai : il faut se battre avec beaucoup de démons, à commencer par soi-même !

Mais c’est aussi une entreprise exaltante qui mène à la vie en abondance.

Alors, puisque c’est un chemin de bonheur, nous pouvons l’emprunter avec confiance en ce début d’année, et refaire avec joie le choix d’être disciple.