Luc 21, 5-19

Après une lecture aussi terrifiante, il est bon de s’en-tendre dire : « Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu ! C’est par votre persévérance que vous gagnerez la Vie ». Je mets volontiers une majuscule à Vie.

Avouons quand même que sous la plume de Luc, Jésus n’y va pas de main morte ! On se croirait dans « Star-wars » ou dans la série « La dernière vague »…La fin du monde…la destruction de la Création… le cataclysme final…

Mais qui est cet homme pour oser parler ainsi ?

En discutant avec Alain, une personne accueillie à Magdala, nous refaisions le tableau pour aujourd’hui : la pollution, les guerres, le réchauffement climatique, les attentats, les racismes, les exclusions, voire peut-être l’incendie de Notre Dame…

Tout cela pourrait annoncer la fin prochaine de notre monde ; ce sont les grandes inquiétudes de notre temps. Quel monde allons-nous vous laisser, vous, les jeunes générations ? Que faisons-nous de la « maison commune » dont parle le pape François dans son encyclique «Laudato si»  (que vous avez tous lue) ?

Je repense ici à cet épisode de l’évangile que vous dé-couvrirez dans le Nouveau Testament : la tempête fait rage et les disciples hurlent : «Maître, Maître ! Nous périssons ! Sauve-nous !».

Deux verbes vont nous sauver : persévérer et travailler. Je les trouve dans les deux lectures de ce jour.

Persévérer montre bien le chemin sur lequel nous devons nous engager.

En recevant le Nouveau Testament, vous avez une chance immense : découvrir comment Jésus a vécu en Homme debout, comment il a agi, comment il a parlé, comment il a regardé ses frères et ses sœurs en humanité.

Persévérer dans l’attention aux autres et dans la confiance inconditionnelle en Dieu. Vous lirez dans ce livre comment Jésus a parlé de Dieu, son Père, comment il l’a prié. Il a fait vivre et revivre des personnes, il a fait naître et renaître, il a fait bouger les lignes, il a créé des ponts pour préparer les chemins du Seigneur, celui qui nous relève du péché et de la mort.

Et cela, avec une foi ancrée en Dieu. Pour que, lorsque les difficultés apparaissent, quand le bateau tangue comme aujourd’hui, l’Esprit de Dieu nous ouvre un a-venir, pour, ensemble, bâtir du neuf, …ensemble.

Travailler et persévérer.

Bien sûr, Paul parle ici de son métier : fabricant de tentes, pour ne pas être à la charge des communautés. Mais, je peux penser qu’il parle aussi de mon travail de chrétien, de notre travail de baptisés. Et là, il peut se présenter en exemple. Travailler à ce que l’homme soit plus Homme, mettre mon énergie à aimer concrète-ment, à respecter celle qui n’est pas comme moi, à vivre avec le différent, l’exclu de la communauté ou de la société ; et cela, au nom du Christ qui me dit «  Je t’aime. Je te fais confiance. Lève-toi et marche ! ».

Je puise aussi des conseils dans les textes d’aujourd’hui : « Ne te laisse pas égarer ! Ne sois pas effrayé ! Tu as une belle occasion de rendre témoignage de celui qui te fait vivre ! Je te donnerai un langage et une sagesse ! Mais, pas un cheveu de ta tête ne sera perdu, à cause de mon nom ! ». La clé de ce dimanche est là : à cause de mon nom.

Alors, ce que vous allez recevoir, ce n’est pas un livre, c’est un chemin de vie, c’est ce que Paul appelle un modèle. Vous y découvrirez qui est Jésus, son message et le chemin qu’il nous propose de suivre pour grandir dans la foi et la confiance, en étant persévérant.
Ne mettez pas ce livre dans un carton que vous ouvrirez seulement le jour où il y a « caté » mais sur votre table de nuit pour l’ouvrir un petit peu chaque jour. Et vos catéchistes sont là pour vous accompagner.
Bonne lecture pour être des Vivants !

 

novembre 2019