Sommes-nous à ce point endormis pour qu’il faille faire sonner le réveil ? Et pourquoi pas, sonner les cloches ?

Alors que la nature s’endort pour l’hiver, que notre société de consommation s’emballe et que notre pays ne va pas bien.

J’avoue ne pas trop aimer cette période, pleine d’ambiguïtés et qui met le doigt sur les inégalités, les solitudes, les isolements, les faux émerveillements.

Qu’est-ce que j’attends vraiment ? Qu’est-ce que j’attends pour les 25 jours à venir ? Qui attendons-nous en ce mois de décembre ?

Les aveugles ne voient toujours pas ; les boiteux ne marchent pas mieux, les gens de la rue y sont toujours, les pauvres ont rarement la parole,…

Et pourtant, le Fils de l’Homme dont nous parle l’évangile annonce sa venue. Non pas le « petit Jésus dans la crèche » mais Celui qui nous réveille, qui nous ouvre à la conversion missionnaire, Celui qui nous fait marcher à la lumière.

Alors, oui, réveillons-nous ! N’attendons pas la venue d’un « petit Jésus en sucre » mais la rencontre de quelqu’un qui est déjà là : Dieu se fait Homme ! Le Fils de l’Homme annoncé par tout le premier testament, ne serait-ce que par le prophète Isaïe.

Pendant ce temps de l’Avent, nous sommes tendus entre la mémoire et l’attente, entre le « déjà là » et le « pas encore ».

La mémoire. Bien sûr, nous allons fêter la naissance de Jésus et nous remettre en mémoire ce que les évangélistes Matthieu et Luc nous rapportent : nous allons croiser Jean le Bap-tiste, Joseph, Marie, Hérode. Sur le chemin des crèches que nous propose la paroisse, nous allons faire mémoire de cette naissance, de cette mise au monde.

Oui, la mémoire va faire briller de mille feux cette naissance. Mais nous ne pouvons pas en rester là. Il faut nous réveiller, sortir de notre sommeil –tout est relatif !- pour nous convertir, devenir des missionnaires, comme nous le propose le pape François et l’édito de notre curé dans le Lien d’il y a huit jours.

Nous l’attendons ce Jésus sur lequel nous avons misé notre vie ; et notre attente ne sera pas passive. Ce Fils de l’Homme qui nous rejoint dans notre vie quotidienne, nous invite à nous convertir, c’est-à-dire à nous tourner vers le  vrai Jésus. Secouons la poussière de nos yeux, réveillons-nous ! Ne nous laissons pas endormir par le « petit Jésus » !

Préparons les chemins du Seigneur ! Il vient, il est déjà là ! Nous pourrons alors chanter « Gloire à Dieu ! Paix aux hommes et aux femmes ! » parce que Dieu se fait l’un de nous, jusqu’à livrer son Fils pour que nous vivions.

Tournons notre regard vers le Christ qui vient. C’est lui qui est au cœur de notre foi et pas le « petit Jésus en sucre » ou le « petit papa Noël », comme l’a écrit notre curé.
Nous ne sommes pas là pour amuser la galerie en racontant des belles histoires, mais pour proposer à nos frères et sœurs le Christ qui est le chemin, la vérité, la Vie.

 

Avent 2019