Lendemains de fête

Quand on a vécu des temps forts, il est très important de réfléchir à ce que nous venons de vivre, de « relire » comme on dit et d’envisager l’avenir en tenant compte de l’expérience passée.

Regarder ce que nous avons vécu à Noël, c’est d’abord remercier tous les chrétiens qui se sont dépensés pour que les célébrations aient un sens et que les participants trouvent une nourriture qui puisse les faire grandir en humanité et grandir aussi dans la foi ! Pour un curé, c’est le challenge des célébrations de Noël : que les chrétiens présents dans les églises ce jour ou cette nuit là puissent trouver de quoi nourrir leur foi ou leur recherche…. Et surtout que cette foi leur apparaisse comme une expérience véritablement humaine et même les aide à grandir en humanité. J’ai entendu beaucoup d’échos qui étaient des chiffres : « il y avait un monde fou… ça débordait partout… on n’avait jamais eu tant de monde debout au fond de l’église… etc. »… On est fort attentif aux nombres… et peut-être pas suffisamment au témoignage que donnent les communautés chrétiennes quand elles sont réunies pour ces grands rassemblements !

L’enjeu est pourtant là : comment éveiller à la foi ces foules qui se rassemblent si nombreuses à ces occasions… Voilà bien ce qui doit animer le cœur de ceux et celles qui préparent ces célébrations : comment les communautés rassemblées ont le souci de proposer le message et d’aider les participants à devenir disciples… des disciples missionnaires comme le propose le document que nous a envoyé notre évêque et qui va alimenter bientôt notre réflexion et notre vie d’Église.

L’enjeu, il est là… et seulement là !

Jean-François Bordarier, curé