Il doit y avoir une erreur ! Dans 5 jours, c’est Noël et l’Église nous fait revenir 9 mois en arrière, au moment où l’ange Gabriel annonce à Marie qu’elle est enceinte de Jésus.

Erreur de programmation, peut-être ?

Autre erreur plus surprenante et incompréhensible pour une juive : Gabriel rencontre Marie à Nazareth, petite ville de Galilée, loin de Jérusalem et du Temple, là où habite le Très-Haut, dans le Saint des Saints.

Cela m’amène à une première remarque : Comme Marie, nous sommes appelés à vivre des événements qui nous dépassent, nous décentrent, dans des lieux qui ne nous sont pas toujours habituels. Marie est appelée à entrer dans un projet extra- ordinaire, hors de l’ordinaire. Et cela, dans un dialogue émouvant entre elle et l’envoyé de Dieu, Gabriel.

Je repense à ce dialogue que nous avons parfois avec les mariés, avant qu’ils n’échangent leurs consentements : « Êtes-vous prêts à accueillir les enfants que Dieu vous donne et à les éduquer selon l’évangile du Christ ? »

Marie, es-tu prête à accueillir l’enfant que moi, Dieu, je te donne et à l’éduquer selon mon projet d’amour pour le monde ?….

Magnifique échange entre Dieu et Marie…un dialogue fondateur…Tout part d’un dialogue ; c’est un échange de paroles en vérité. Marie dit « je », elle pose des questions pour com-prendre ; c’est une foi qui cherche à s’éclairer.

« Je vais donc devenir mère, je vais donner la vie ; qu’est-ce que cela veut dire ? » Rassure-toi, dit l’ange ; Dieu veille sur toi… Dieu veille sur chacun de nous… Et l’ange la quitte.

Marie reste seule, seule avec cette promesse : elle va mettre au monde un fils, le Fils du Très-Haut. Vertigineux !

Pas complètement seule ; elle va vivre cette grossesse avec sa cousine Elizabeth, avec Joseph, son époux, celui qui va veiller sur elle et vivre avec elle cette incroyable aventure.

L’ange Gabriel parti, -j’allai dire Dieu parti- Marie devient adulte dans la foi. Non parce qu’elle va accoucher mais parce qu’elle vient de poser un choix réfléchi qui engage sa vie et celle de son couple –j’allai dire celle de Dieu aussi.

A travers son ange, Dieu se déplace, s’abaisse pour accompagner Marie à franchir le pas, à oser dire oui… Pour susciter notre oui aussi.

La première en chemin, Marie, tu nous entraînes à risquer notre oui aux imprévus de Dieu. Et voici qu’est semé, en l’argile incertaine de notre humanité, Jésus, le Fils du Très-Haut.

Il ne faut pas idolâtrer Marie, en l’éloignant de notre humanité, de notre argile, par des fastes et des titres qui la désincarnent et l’éloignent de notre humanité. C’est une femme, c’est l’une des nôtres, c’est une croyante comme nous qui, dans un dialogue avec Dieu, accueille un événement surprenant : la mise au monde du Fils de Dieu.

Puissions-nous, dans ces célébrations de Noël particulières, redécouvrir que Dieu nous invite à un dialogue permanent avec lui. Il nous propose de dire oui pour mettre au monde celui qui se présentera, 30 ans plus tard, comme le Chemin, la Vérité, la Vie.

Oui, Marie, marche avec nous sur nos chemins de foi et d’espérance ; ils sont chemins vers Dieu et vers les autres. Dieu veille sur nous pour que nous soyons veilleurs avec les autres.

Christian POLLET

Décembre 2020